La surveillance des émissions atmosphériques

Accueil » Comprendre les enjeux de la qualité de l’air » La surveillance des émissions atmosphériques

La surveillance de la qualité de l’air nécessite des mesures et des modélisation.

La surveillance de la qualité de l’air repose sur des mesures de concentrations de polluants à partir de stations de mesure et sur des modélisations. Mesures et modélisations sont en effet indissociable pour permettre la prévision des épisodes de pollution et l’évaluation de l’impact des actions de réduction des émissions de polluants.

Les modélisations nécessitent notamment d’évaluer la quantité de polluants émis par tous les secteurs d’activité. Il s’agit de réaliser un inventaire des émissions de polluants. A partir de cet inventaire dont la méthodologie est définie au niveau national, une modélisation de la dispersion des polluants et de leur transformation chimique permet de calculer leur concentration atmosphérique sur la région. Les mesures de concentration permettent alors de valider les modélisations réalisées à partir de ce bilan des émissions.

La prévision de la qualité de l’air et notamment des pics de pollution repose également sur des modélisations et des mesures de concentrations.

Des stations de mesure réparties sur la région

En Île-de-France Airparif (Association Interdépartementale pour la gestion du Réseau automatique de surveillance de la Pollution Atmosphérique et d’Alerte en Région d’Île-de-France) est agréée pour réaliser la surveillance de la qualité de l’air francilien et réaliser les inventaires et modélisations nécessaires.

Airparif dispose d’une quarantaine de stations fixes effectuant des mesures permanentes sur l’ensemble du territoire francilien. Plus de 6 millions de points de calculs ont été modélisés, permettant de cartographier avec précision la qualité de l’air sur l’ensemble de l’Île-de-France. 3 types de stations sont utilisées en fonction des besoins :

  • les stations de « fond » : il s’agit de stations de mesure éloignées de sources précises de pollution et qui permettent de mesure la qualité de l’air globale en milieu urbain et rural.
  • les stations « d’observations » : il s’agit de stations de mesure permettant de répondre à des besoins spécifiques notamment de modalisation de la pollution. Elles servent notamment à caler des modèles.
  • les stations de « proximité » : ces stations sont situées au plus près de sources de pollution et permettent d’en évaluer l’impact.

L’implantation des stations de mesure répond à une directive européenne pour la surveillance globale de la qualité de l’air et à des besoins spécifiques. Télécharger l’infographie

Pour plus d’informations sur la surveillance de la qualité l’air

Pour plus d’informations sur la surveillance de la qualité l’air en France et en région francilienne, rendez-vous sur :

https://www.airparif.asso.fr/methodes-surveillance/emissions

http://www.developpement-durable.gouv.fr/politiques-publiques-reduire-pollution-lair

http://www2.prevair.org/

La répartition des stations de mesure de la qualité de l’air utilisée pour suivre les valeurs limites de qualité de l’air et en faire état à la Commission Européenne est présentée sur la carte téléchargeable ci-dessous.Télécharger la carte

 

Partagez sur les réseaux !