Je suis un acteur économique du secteur aérien

Accueil » Je suis un acteur économique du secteur aérien

Les enjeux du secteur aérien pour la qualité de l’air

En 2016 le trafic en métropole était de 149 840 000 de passagers et 1 394 000 de mouvements. Les aéroports franciliens représentent une part prépondérante de ce secteur avec 97 218 000 passagers et 769 000 mouvements pour les aéroports de Paris- Charles de Gaule, Paris-Orly et paris- Le Bourget.

La part du trafic aérien dans les émissions atmosphériques franciliennes

Le secteur aérien représente 7 % des émissions d’oxydes d’azote (NOx) en Ile-de-France et 2 % des émissions de particules fines. Les émissions prises en compte pour cette évaluation sont les émissions des aéronefs au décollage, à l’atterrissage et au roulage (cycle LTO) et les émissions des activités au sol des plates-formes aéroportuaires (centrales thermiques, centrales alimentant les avions en électricité, …).

Le cycle LTO permet, notamment, de quantifier les émissions du trafic aérien en-dessous d’environ 1 000 m d’altitude au sein même de la couche de mélange, où nous respirons et où les émissions ont un effet direct sur la qualité de l’air à l’échelle locale ou régionale

Au-delà de 1000 m, les émissions ont un impact local négligeable en raison des phénomènes de transport et de dispersion des polluants.

L’évolution du trafic influence les émissions

Le trafic aérien, en nombre de passagers et quantité de fret transporté, va croître d’ici 2020. En revanche, il est prévu que cette augmentation se fera à nombre de mouvements quasi constant. Le nombre de mouvements se maintiendrait donc au niveau de 2015 avec un peu plus de 700 000 mouvements pour Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Orly après avoir culminé à 790 000 mouvements en 2008 pour ces deux aéroports. L’évolution du trafic passagers et fret sur Paris-Orly où le nombre de mouvements est déjà plafonné et à Paris-CDG découle d’une augmentation de l’emport moyen. En conséquence, le secteur contribue par une  augmentation très légère des émissions atmosphériques pour 2020 alors que tous les autres secteurs d’activités contribuent à la baisse des émissions.

Les défis et actions du secteur aérien pour la reconquête de la qualité de l’air

Au-delà des normes d’émissions fixées pour les réacteurs principaux des avions, les acteurs du secteur aérien peuvent avoir un rôle essentiel dans l’effort régional pour passer sous les valeurs limites de qualité de l’air.

Ainsi le Plan de protection de l’atmosphère d’Ile-de-France prévoit 3 défis à relever par ce secteur déclinés en 5 actions :

  • Diminuer les émissions des APU et des véhicules et engins de pistes au sol (Défi AE1). Il s’agit de limiter l’utilisation des APU (Auxiliary Power Unit, turboréacteur embarqué, situé en général à l’arrière du fuselage, qui permet à l’avion d’être autonome en escale pour l’air et l’électricité. Il s’agit également d’opter pour des équipements moins polluants.

Les restrictions des temps d’utilisation des APU visées par le défi AE1 sont les suivants :

Moyens de substitution disponibles et en fonctionnement (électricité et climatisation)
APU avant départ : 10 mn APU après arrivée : 5 mn et temps nécessaire à la mise à disposition des moyens mobiles
Moyens de substitution manquants (Électricité ou climatisation ou les deux)
Avant départ : 60 ou 80 mn (aéronefs>140 T) Après arrivée : 30 mn ou temps nécessaire au débarquement pax, déchargement soutes et opérations liées à la touchée
  • Diminuer les émissions des aéronefs au roulage (défi AE2). Le défi consiste à déployer sur les aéroports la Gestion locale des départs (GLD) permettant, par une prise en compte de toutes les contraintes, d’optimiser le temps de roulage des avions. La deuxième action du défi consiste à encourager l’utilisation d’un moteur en moins lors de la phase de roulage de l’avion. 
  • Le dernier défi du secteur prévu par le PPA est d‘améliorer la connaissance des émissions des avions et de communiquer ces émissions pour inciter les compagnies à la réduction de ces émissions.

 

Partagez sur les réseaux !